LA RÉALITÉ VIRTUELLE AU SERVICE DE LA SANTÉ

C2Care - thérapie par exposition à la réalité virtuelle

C2Care conçoit des solutions thérapeutiques basées sur la réalité virtuelle et la réalité augmentée afin de traiter les troubles anxieux ainsi que les troubles fonctionnels et vestibulaires.
L’objectif est de rendre accessible un outil de réalité virtuelle auprès des professionnels de santé.

Nous avons développé deux outils complet basés sur la réalité virtuelle :

  • C2Psy destiné aux professionnels de la santé mentale permettant de traiter les phobies, le stress, l’anxiété, les troubles alimentaires, les addictions et plusieurs pathologies mentales des patients.
  • C2Physio destiné aux professionnels de la rééducation permettant d’évaluer la mobilité et la proprioception, ainsi que de traiter les troubles fonctionnels et vestibulaires.

C2Psy

  • Phobies : retrouver autonomie et liberté face à ses angoisses
  • Addictions : apprendre à arrêter ou maîtriser sa consommation de tabac ou d’alcool
  • Relaxation : pour bénéficier de ces bienfaits en toute circonstance et en tout lieu
  • TCA : pour retrouver un comportement adapté face à la nourriture

 C2Physio

  • Évaluation : évaluation de la mobilité et de la proprioception grâce à l’exécution de mouvement précis
  • Rééducation fonctionnelle : pour permettre de retrouver une mobilité naturelle
  • Rééducation vestibulaire : pour permettre de retrouver un équilibre inné
Thérapie par exposition à la réalité virtuelle

Testées depuis les années 80, les Thérapies par Exposition à la Réalité Virtuelle (TERV) ont prouvé leur efficacité. Des recherches publiées dans différentes revues scientifiques (pour le traitement des troubles anxieux et des troubles fonctionnels et vestibulaires) démontrent une augmentation de motivation par rapport à une thérapie classique : 90 % des patients préfèrent les casques de réalité virtuelle à l’exposition traditionnelle. (Source : BEHAVIOR RESEARCH AND THERAPY N° 40, 2002, p 509-516).

Malgré de nombreux avantages, ces protocoles étaient réservés à de rares initiés : équipements techniques spécifiques et encombrants, coûts… autant de freins à la généralisation de l’usage de la réalité virtuelle dans les cabinets privés.