La réalité virtuelle
au service
de la santé

Leader mondial des TERV :
thérapies par exposition à la réalité virtuelle.

Les thérapies par exposition à la réalité virtuelle s’avèrent efficaces dans le traitement des troubles anxieux.

Le principe est simple, immerger l’utilisateur dans un décor virtuel afin de le traiter de façon thérapeutique. Le patient à l’aide d’un casque en 3 dimensions et d’un psychologue est traité pour sa pathologie mentale:  troubles anxieux, addictions, troubles du comportement alimentaire. Des stimulis auditifs et visuels sont projetés pour confronter le patient à des situations anxiogènes du quotidien . Cette thérapie virtuelle se déroule en plusieurs étapes,  de façon progressive et répétée.

Les thérapies par exposition à la réalité virtuelle sont basées sur les principes d’exposition des Thérapies Cognitivo-Comportementales (TCC).

Thérapies brèves, les TERV se centrent sur le “ici et maintenant” pour traiter les tableaux cliniques les plus urgents et pour offrir aux patients une réponse pertinente à la sévérité de leurs maux.

Certifié Medical Device de Classe I

environnements 3d

clients

patients traités

expositions vr

Qui est C2Care ?

C2Care est une start-up créée en 2015, située dans le sud de la France, à Sanary-sur-Mer. Nous développons des logiciels thérapeutiques en réalité virtuelle. Notre entreprise a conquis le marché des Thérapies par Exposition à la Réalité Virtuelle (TERV) et propose aujourd’hui une variété d’offres et de solutions thérapeutiques à travers le monde entier.

Se mettant au service de la santé, nous présentons des logiciels couvrant une multitude de pathologies mentales (troubles anxieux, addictions, troubles du comportement alimentaire…) et permettons également un accès à la relaxation, à l’évaluation neurologique, à la rééducation fonctionnelle, à la stimulation cognitive et à bien d’autres traitements.

offres de soins

Retrouvez nos offres de soins personnalisées selon votre situation. Nous proposons différentes offres adaptées, que vous soyez un particulier ou un professionnel libéral, un établissement de santé, un EHPAD…

nos applications

Toutes nos applications sont développées de manière à offrir des offres de soins complètes et de manière optimisée afin de couvrir au maximum les besoins de chacun. Nous comptons actuellement une dizaine d’applications, chacune comprenant de nombreux environnements.

C2Phobia - Dans l'avion
C2Phobia- En haut d'une grue
C2Phobia - Araignées sur la table

Pour accéder à nos différentes offres et utiliser nos applications, vous pouvez souscrire immédiatement en ligne.

Derniers articles

Améliorer sa concentration

Améliorer sa concentration

Savoir se concentrer n’est pas quelque chose d’inné, il faut apprendre à le développer. Et pourtant, elle est la clé pour notre développement dans notre vie personnelle et professionnelle, et vous aidera à atteindre vos objectifs. Par conséquent, cela vous apportera...

lire plus
Le syndrome du sauveur

Le syndrome du sauveur

Parmi nous il y a des sauveurs. Ces personnes qui sont très, voire trop, empathiques, qui ont envie d’aider tout le monde dans toute situation. Ce sont des personnes qui vont tout donner pour les autres, quitte à s’oublier soi-même. On appelle ça le syndrome du...

lire plus
L’auto-stigmatisation

L’auto-stigmatisation

Appartenir à un groupe minoritaire peut être source de beaucoup de souffrance. Le plus souvent, cette souffrance vient de l’extérieur, des groupes majoritaires ou d’autres groupes minoritaires. Mais le stress et la souffrance ressentis par rapport à ce statut peuvent...

lire plus

contact

Vous souhaitez en savoir plus ou vous avez des questions sur nos solutions thérapeutiques en réalité virtuelle ? Vous voulez faire équipe avec nous ?



    Ils parlent de nous

    logo inicea

    Groupe d’établissements dédiés à la santé mentale

    La réalité virtuelle m’a permis d’avoir une meilleure estime de moi

    logo santé mentale

    Le mensuel des équipes soignantes en psychiatrie « Santé Mentale »

    Les Thérapies par Exposition à la réalité virtuelle, comment ça marche ?

    FAQ

    Pourquoi utiliser la réalité virtuelle dans le champ de la santé mentale ?

    La réalité virtuelle est une technologie utilisée pour reproduire synthétiquement des environnements réels ou imaginaires. En ce sens, l’immersion dont bénéficie l’utilisateur en santé mentale va conduire ce dernier à s’exposer à des stimuli en toute sécurité.

    Ce type d’exposition a donné naissance à la 4ème vague des thérapies cognitivo-comportementales: les thérapies par exposition à la réalité virtuelle.

    Depuis quand cela existe ?

    Le premier protocole validé scientifiquement date de 1992. Cependant, la réalité virtuelle était jusque dans les années 2000, assez peu connue et utilisée. Grâce aux progrès technologiques et à l’intérêt des chercheurs et cliniciens, elle est aujourd’hui en phase croissante de démocratisation.

    Comment utilise-t-on la réalité virtuelle ?

    Afin d’utiliser la réalité virtuelle, il est nécessaire de s’immerger dans un environnement virtuel. Pour ce faire, il existe plusieurs façons.

    En effet, l’utilisation du CAVE, un système 3D composé de plusieurs murs d’écrans, était majoritairement utilisé par le passé.

    L’utilisateur se retrouve totalement plongé dans le monde virtuel et ses mouvements sont détectés en temps réel. Cette solution a le défaut d’être très onéreuse et peu accessible.

    Depuis environ 2016, avec l’apparition de l’Oculus Rift et de l’HTC Vive, des casques de réalité virtuelle, son usage est rendu beaucoup plus accessible. Il permet de s’immerger dans la réalité virtuelle grâce à un écran occultant sur lequel sont projetées des images virtuelles. Les mouvements de tête de l’utilisateur sont pris en compte, ce qui lui permet de tourner la tête pour observer autour de lui comme dans le monde réel.

    Qu'est-ce qu'une exposition en réalité virtuelle ?

    L’exposition est une méthode comportementale qui se base sur le principe d’habituation. Elle se définit comme la diminution d’une réaction suite à la répétition du stimulus qui la suscite.

    Concrètement, il s’agit de confronter selon des règles strictes le sujet aux stimuli déclenchant la réponse dysfonctionnelle. Cela permet d’obtenir une extinction de cette dernière via l’activation de l’habituation.

    Plusieurs formes d’exposition existent telles que l’exposition par imagination. C’est-à-dire que l’on invite le patient à se confronter par imagination aux situations redoutées (être au volant d’une voiture sur l’autoroute, parler en public lors d’une réunion).

    Ensuite, l’exposition in vivo. On place le sujet en situation concrète d’exposition.

    Pour un patient ayant peur des chiens, le thérapeute va d’abord le confronter à un chien de petite taille placé derrière un grillage. Progressivement, il va diminuer la proximité existante entre le patient et le chien.

    Enfin, la dernière forme d’exposition existante est l’exposition par réalité virtuelle. Par une concrétisation synthétique d’environnements réels, le patient va pouvoir s’exposer à des situations provoquant la réponse émotionnelle dysfonctionnelle.

    Cette dernière technique a l’atout considérable de combiner les avantages de l’exposition in vivo tout en bénéficiant de qualités singulières (accessibilité des environnements, sécurité, contrôlabilité).

    Qu'est-ce qu'un environnement virtuel ?

    Un environnement virtuel permet d’immerger l’utilisateur dans diverses situations de lieux ou d’espaces. Selon les fonctionnalités, l’utilisateur pourra se déplacer et interagir avec des avatars.

    Le thérapeute à, quant à lui, le contrôle sur le scénario d’exposition. Il pourra en effet modifier certains éléments de l’environnement, ajouter ou retirer des stimuli (visuels, sonores) ou programmer des interactions.

    L’objectif premier est de reproduire des environnements difficilement accessibles depuis le bureau du thérapeute. Grâce à cette technologie, de nouvelles perspectives, alors limitées par la réalité du terrain, s’offrent aux soignants et aux soignés : des environnements de relaxation ou des personnifications de substrats abstraits (hallucinations, angoisses complexes…).

    De quoi a-t-on besoin pour utiliser un casque de réalité virtuelle ?

    En fonction des casques VR, d’autres appareils peuvent être requis. Les casques autonomes, comme l’Oculus Go, peuvent être utilisés tels quels sans avoir besoin de les connecter à d’autres appareils.

    Pour les casques filaires tels que l’Oculus Rift S, il est nécessaire de connecter le casque à un ordinateur de type “gamer”.

    Selon les objectifs thérapeutiques, vous pouvez également vous équiper de modules additionnels comme un pédalier et un volant dans le cas d’un traitement d’une amaxophobie (peur de la conduite).

    La réalité virtuelle peut-elle être dangereuse ?

    Les nombreuses études confirment la non-dangerosité de l’utilisation de la réalité virtuelle. Il existe néanmoins quelques restrictions pour protéger les utilisateurs d’éventuelles conséquences négatives.

    Ainsi, les personnes épileptiques ne peuvent bénéficier de ce type de thérapie. En ce qui concerne le développement d’une éventuelle addiction, les séances sont dans l’idéal, réalisées à raison d’une fois par semaine. Elles sont sous la supervision d’un thérapeute qui saura apprécier, grâce à son expertise, les risques.

    Par conséquent, le risque de développer une addiction suite à une TERV est quasi-nulle.

    Quelles sont les pathologies pouvant être traitées en réalité virtuelle ?

    Les troubles anxieux et phobies peuvent être traités en réalité virtuelle. La patient va être exposé à des situations anxiogènes dans différents environnements de façon graduelle et progressive, tout en restant dans un lieu sécuritaire. Un sentiment d’habituation va ainsi se créer petit à petit jusqu’à faire diminuer, voire disparaître l’anxiété.

    Les addictions comportementales et aux substances sont des pathologies pouvant être traitées par la réalité virtuelle. En effet, grâce à des stimuli synthétiques placés dans les environnements et provoquant la réponse de craving, les patients en situation d’addiction pourront travailler sur leur craving afin d’atténuer la réponse de consommation.

    De plus, les multiples situations (bar, casino, contextes sociaux) permettent un travail cognitif sur les croyances dysfonctionnelles en lien avec la singularité de chaque situation de tentation.

    Concernant les troubles du comportement alimentaire, les logiciels en réalité virtuelle permettent de cibler des facteurs étiologiques primordiaux tels que la dysmorphophobie, le verrou allocentrique (tendance à concentrer son attention sur autrui plutôt que soi-même) et le craving alimentaire.

    Par ailleurs, nous disposons actuellement dans la prise en charge en TERV, de multiples logiciels répondant aux déterminants psychiatriques, psychologiques et neuropsychologiques importants : relaxation, stimulation cognitive, activation comportementale, habiletés sociales…

    La réminiscence est un levier thérapeutique majeur dans le traitement de la dépression. En offrant à vos patients la possibilité de revivre les sensations liées aux activités de plaisir autrefois investies (sport, conduite automobile, voyages) vous permettez la stimulation des zones cérébrales en hypo-activation et favorisez ainsi le succès thérapeutique. La réalité virtuelle apparaît comme un médiateur très intéressant pour amorcer l’investissement dans des activités de plaisir.

    Par ailleurs, la stimulation cognitive chez le sujet âgé est aussi une possibilité proposée par la réalité virtuelle. Facilitée par la technologie rendant les activités de stimulation plus ludiques et aisées, les patients et résidents d’EHPAD pourront travailler leurs fonctions exécutives et leur mémoire via des applications créées pour les besoins spécifiques de cette patientèle.

    Aujourd’hui, la réalité virtuelle dans le champ de la santé mentale progresse à grande vitesse. Les chercheurs, cliniciens et développeurs s’affairent autour de nouvelles cibles pathologiques pour offrir prochainement de nouveaux dispositifs thérapeutiques.

    Qui peut utiliser la réalité virtuelle pour soigner ?

    Beaucoup de professionnels de la santé sont concernés par cette technologie. Aujourd’hui, les psychiatres, psychologues et psychothérapeutes sont les professionnels les plus représentés en tant qu’expert en thérapies par exposition à la réalité virtuelle.

    Néanmoins, les logiciels s’adressent également aux infirmiers, psychomotriciens, kinésithérapeutes, diététiciens, sophrologues et hypnothérapeutes.

    Les applications permettent en effet d’agir en complétion avec leurs méthodes dans l’objectif de maximiser les bénéfices thérapeutiques.

    En tant que thérapeute, quels sont les avantages à s'équiper de dispositifs en réalité virtuelle?

    Le thérapeute, en s’équipant de dispositifs permettant la réalisation de thérapies par exposition à la réalité virtuelle (TERV), agrémente de ce fait son champ de compétences. En effet, les TERV sont une technique de prise en charge à part entière.

    Adopter cette solution thérapeutique c’est aussi se manifester auprès des prescripteurs et se distinguer des offres de soins les plus pratiquées.

    De plus, loin de n’être qu’un atout stratégique pour le développement d’un cabinet ou d’un établissement, les TERV bénéficient de la validité scientifique des thérapies cognitivo-comportementales. Dans la réalité de la pratique clinique, c’est un atout favorisant l’engagement thérapeutique grâce à son aspect ludique.

    De plus, cette technologie offre un gain de temps considérable puisque de nombreux environnements d’expositions sont directement accessibles depuis le bureau du thérapeute.

    Quelles sont les patientèles pouvant bénéficier d'une TERV?

    Un des avantages considérable de la réalité virtuelle est qu’elle est effective sur un large spectre de population. Les données existantes de la littérature sur le sujet nous montre que l’on peut tout à fait exposer une large tranche d’âge en réalité virtuelle et ce, avec de réels bénéfices thérapeutiques à la clé.

    Les études attestent, en effet, d’une excellente faisabilité et de résultats significatifs; notamment chez les adultes, dans les prises en charge de troubles anxieux (y compris phobie scolaire), autisme, addictions, troubles du comportement alimentaire, troubles neuropsychologiques, troubles psychotiques et troubles thymiques.

    Les résultats sont identiques pour les adolescents avec une plus-value conséquente concernant l’engagement thérapeutique où la réalité virtuelle favorise l’intérêt des adolescents pour leur thérapie.

    Chez les sujets âgés, les résultats d’études encouragent l’utilisation de la réalité virtuelle dans le but de travailler la stimulation cognitive, sur les troubles du comportement mais aussi les angoisses.